SPIRULINE ET CHOLESTEROL

 

1 - Flux sanguin normal dans les artères. Le cholestérol est transporté dans le sang par deux types de protéines : Les HDL, lipoprotéines de haute densité, qui transportent le cholestérol des cellules de l'organisme vers le foie où il est dégradé (bon cholestérol), et les LDL, lipoprotéines de basse densité, qui transportent le cholestérol du foie vers les cellules de l'organisme (en trop grande quantité c'est le mauvais cholestérol).

2 - Le mauvais cholestérol s'accumule dans les artères et des plaques d'athérome1 se forment. Ces plaques rétrécissent le diamètre de l'artère jusqu'à provoquer l'angine de poitrine.

3 - Les plaques se rompent, un caillot se forme avec thrombose. Une thrombose veineuse (ou phlébite) peut entrainer une embolie pulmonaire et une mort subite. Une thrombose artérielle peut entrainer l'infarctus du myocarde (crise cardiaque), un accident vasculaire cérébral (AVC), ou d'autres types d'accidents vasculaires.

 

Quand on sait que le cœur effectue 100.000 battements par jour, propulsant 5 à 6 litres de sang par minute dans un réseau de plus de 100.000 km de vaisseaux, on comprend que l'obstruction progressive des artères peut provoquer de graves dommages, certains irréversibles et pouvant conduire à l'arrêt cardiaque.

Les maladies cardio-vasculaires sont aujourd'hui la deuxième cause de mortalité en France, après les cancers et devant les "drogues" (tabac, alcool, stupéfiants...), l'obésité, le diabète, les maladies infectieuses et les accidents domestiques.

 

Plusieurs études scientifiques ont prouvé les bénéfices de la spiruline dans la réduction de l'hypercholestérolémie2 et de l'artériosclérose3. En effet, grâce entre autre à son taux d'acide gamma-linolénique et sa vitamine B3 (nicotinic acid), la spiruline baisse naturellement le taux du mauvais cholestérol, de 20 à 45%.

 

1 - Dépôt par accumulation de différents éléments (graisse, sang, tissu fibreux, dépôt calcaire) sur une partie de la paroi interne d'une artère.

2 - Maladie caractérisée par un taux de cholestérol élevé, condition prédisposante au développement de l'athérosclérose3 et des maladies cardiaques, et qui exige une supervision médicale.

3 - Forme de dégénérescence des artères. Elle se manifeste par la formation de plaques d'athérome1 dans la couche interne des artères.

 

Effet hypocholestérolémiant de la spiruline, extrait de la thèse d'Audrey Manet, pages 27, 28 et 29 :


"Le cholestérol, indispensable à la composition et à la souplesse des membranes cellulaires, est aussi précurseur des hormones stéroïdes. Mais deux de ses lipoprotéines : à faible densité (LDL) et à très faible densité (VLDL) sont athérogènes et donc facteur de risque des maladies cardio-vasculaires alors que la lipoprotéine à haute densité (HDL) est protecteur du développement de l'athérosclérose et permet le transport inverse du cholestérol.
Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans les pays développés comme en France avec 180.000 décès par an. Elles ont de nombreux facteurs de risques (âge, sexe, excès de cholestérol, hypertension, diabète, tabagisme, sédentarité, stress, mauvaise alimentation….) dont certains peuvent être prévenus grâce à la spiruline. En effet, son action sur les lipides plasmatiques, cholestérol total, HDL et LDL est l'une des plus étudiées. Ces essais sont prometteurs et commencent à toucher un grand nombre de sujets.
C'est la richesse de la composition de la spiruline qui lui procure un effet hypolipémiant : la phycocyanine augmente la réabsorption des acides biliaires au niveau de l’iléon, les caroténoïdes, l'acide γ-linolénique, les fibres et stérols font diminuer l'absorption jéjunale et iléale du cholestérol et inhibent l'expression de la HMG-CoARéducatse (3-hydroxyle 3-methylglutaryl CoA Réductase) hépatique, enzyme responsable de la biosynthèse du cholestérol. Les acides gras essentiels abaissent le taux de cholestérol, diminuent la formation de la plaque d’athérome et le risque d’infarctus. Ils augmentent la flexibilité des membranes. L’acide γ-linoléique, précurseur des prostaglandines dont la PGE1, régule la tension artérielle et le ralentissement de la production de cholestérol. De plus, la spiruline contient de la vitamine PP encore appelée acide nicotinique qui est une vitamine hypocholestérolémiante.
Il est donc légitime de se demander si la spiruline peut être une alternative thérapeutique naturelle comme la levure de riz rouge, aux statines afin d'éviter leurs nombreux effets indésirables ?
Comme le montre les études du tableau 3, la spiruline permet d'améliorer le profil lipidique d'adultes en bonne santé ou dyslipidémiques sans effet secondaire contrairement aux effets hépatiques et myalgiques des statines. Si la diminution en LDL et Cholestérol est toujours significative par rapport à un groupe placebo, elle représente une baisse du cholestérol entre 9 et 33 %, de LDL entre 9 et 45 % et une augmentation de HDL entre 4,2 et 15 %.
Ces résultats sont encourageants, malheureusement la spiruline n'a jamais été comparée aux molécules de référence, les statines, pour voir si elle pourrait être rajoutée à l'arsenal thérapeutique.
De plus il n’existe pas d’étude récente sur l’effet à long terme de la spiruline.
En 1988 des chercheurs ont montré que si les patients arrêtent la complémentation pendant 4 semaines, après avoir pris 4,2 g de spiruline par jour pendant 4 semaines, alors leur profil lipidique revient à leur niveau de base.

Cependant, à l'officine, un patient qui arrive avec une analyse de sang et des taux de cholestérol au dessus de la normale, peut, en plus de respecter des règles hygiéno-diététiques (limiter les aliments riches en graisses, manger du poisson 2 fois par semaine, de la viande maigre, des laitages allégés, utiliser des margarines au tournesol ou enrichies en stérols végétaux), faire une cure de spiruline avant d'envisager la mise en place d'un traitement hypocholestérolémiant.

Par ailleurs un patient qui se plaint de douleurs suite aux statines l’empêchant d'être observant, peut discuter avec son médecin d'une cure de spiruline dont l’efficacité sera contrôlée tous les 3 mois par une prise de sang."

Tableau 3 - récapitulatif des études cliniques sur le cholestérol et les profils lipidiques

 

9. Deng R, Chow T-J. (2010) Hypolipidemic, Antioxidant and Antiinflammatory Activities of Microalgae. Spirulina. Cardiovasc Ther.28 : 33-45

10. Debon A. (2015) Spiruline et syndrome métabolique.

11. Park HJ, Lee YJ et coll. (2008) A randomized double-blind, placebo-controlled study to establish the effects of spirulina in elderly Koreans. Ann Nutr Metab.52 : 322-8

12. Torres-Duran PV, Ferreira-Hermosillo A, Juarez-Oropeza MA. (2007) Antihyperlipemic and antihypertensive effects of Spirulina maxima in an open sample of Mexican population: a preliminary report. Lipids Health Dis. p.6-33.

13. Karkos PD, Leong SC, et coll. (2011) Spirulina in Clinical Practice: Evidence-Based Human Applications.

14. Ngo-Matip M.-E., Pieme C. A.et coll. (2015) Impact of daily supplementation of Spirulina platensis on the immune system of naïve HIV-1 patients in Cameroon: a 12- 91 months single blind, randomized, multicenter trial. Nutr. J. 14 : 7. Disponible sur http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4508814/ dernière consultation le 15 mars 2016

15. Samuels R, Mani UV, Iyer UM, Nayak US. (2002) Hypocholesterolemic effect of spirulina in patients with hyperlipidemic nephrotic syndrome. J Med Food. 2:91-6.

16. Lee EH, Park J-E, Choi Y-J, Huh K-B, Kim W-Y (2008). A randomized study to establish the effects of spirulina in type 2 diabetes mellitus patients. Nutr Res Pract. 4 : 295-300.

17. Mazokopakis EE, Starakis IK, et coll. (2014) The hypolipidaemic effects of Spirulina (Arthrospira platensis) supplementation in a Cretan population: a prospective study. J Sci Food Agric. 94 : 432-7.

18. Torres-Durán PV, Ferreira-Hermosillo A,et coll. (2012) Effect of Spirulina maxima on Postprandial Lipemia in Young Runners: A Preliminary Report. J Med Food. 15 : 753-7.

19. Mazokopakis EE, Papadomanolaki MG, et coll (2014) The hepatoprotective and hypolipidemic effects of Spirulina (Arthrospira platensis) supplementation in a Cretan population with non-alcoholic fatty liver disease: a prospective pilot study. Ann Gastroenterol Q Publ Hell Soc Gastroenterol. 27: 387-94.

34. Saini MK, Sanyal SN. (2014) Targeting angiogenic pathway for chemoprevention of experimental colon cancer using C-phycocyanin as cyclooxygenase-2 inhibitor. Biochem Cell Biol Biochim. 92 :206-18.

 

Autres études scientifiques :

  • Influence of nicotinic acid on metabolism of cholesterol and triglycerides in man (Scott M. Grundy, Henry Y. I. Mok, Loren Zech and Mones Berman, 1981 - 13 p) - pdf
  • The effect of nicotinic acid on hypercholesterolaemia (Rudolf Altschul and Abram Hoffer 1960 - 3 p) - pdf
  • Spirulina platensis Effects on the Levels of Total Cholesterol, HDL and Triacylglycerols in Rabbits Fed with a Hypercholesterolemic Diet (Luciane Maria Colla, Ana Luiza Muccillo-Baisch and Jorge Alberto Vieira Costa, 2008 - 7 p) - pdf
  • Spirulina prevents atherosclerosis by reducing hypercholesterolemia in rabbits fed a high-cholesterol diet (Sun Hee Cheong, Mi Yeon Kim, Dai-Eun Sok, Seok-Yeon Hwang, Jin Hee Kim, Hye Ran Kim, Jeung Hee Lee, Yun-Bae Kim and Mee Ree Kim, 2010 - 7 p) - pdf
  • Cholesterol Degradation Effect Analyzed using Marine Cyanobacterial Species Spirulina subsalsa (Kollimalai Sakthivel and Kandasamy Kathiresan, 2015 - 4 p) - pdf
  • Protective Effects of Spirulina on the Liver Function and Hyperlipidemia of Rats and Human (Mostafa Mohamed El-Sheekh, Saied Mohamed Hamad and Mahmoud Gomaa, 2014 - 10 p) - pdf
  • Effect of supplementation of spirulina on hypercholesterolemic patients (Amudha Ramamoorthy and S. Premakumari, 1996 - 4 p) - pdf
  • Cholesterol lowering effect of spirulina (Nakaya N. Homma Y. Goto Y., 1988). Résumé : The effect of Spirulina on serum lipids was studied in 30 healthy male volunteers who had mild hyperlipidemia or mild hypertension through the screening test of applicants. Subjects were divided into two groups (A and B); group A subjects were given 4.2 grams of Spirulina per day for eight weeks and group B subjects were given the same amount of Spirulina for the first four weeks and for the next four weeks, they were observed without giving the agent. Total serum cholesterol was reduced significantly by giving Spirulina and when medication was discontinued in group B, it returned to baseline. The reduction was more marked in hypercholesterolemic subjects and the subjects who were taking higher amount of cholesterol. While HDL-cholesterol showed no significant changes, a slight increasing tendency was observed. There were no changes in serum triglyceride and body weight. No adverse effects were observed. Spirulina, which is at present used as a highly nutritious food, has been proven through this experiment to have serum cholesterol reduction effect.
  • Effects of spirulina on hypercholesterolemia and fatty liver in rats (T. Kato and K. Takemoto. 1984). Résumé : Rats fed basal diets containing 1% cholesterol showed elevated total cholesterol, and phospholipids in serum. This was clearly reduced by rats fed basal diets containing 16% spirulina and 1% cholesterol. The results indicated spirulina may prevent dietary hypercholesterolemia and arterioscelerosis. Fatty liver caused by high fat and high-cholesterol diets was also reduced rapidly by feeding spirulina.

 

Vous avez trouvé cet article intéressant ?

Si oui, merci de cliquer ci-dessous sur "Partager"

 

Publié dans #Pages annexes

Repost 0