2030, FIN DE LA FAIN DANS LE MONDE

"Il y a dans le monde des gens si affamés, que Dieu ne peut leur apparaître que sous la forme de pain" (Mahatma Gandhi).

 

Toutes les cinq secondes, un enfant de moins de cinq ans meurt de la faim ou des maladies liées à la faim quelque part dans le monde.

 

Remigio Maradona, secrétaire général de l'IIMSAM (Institut intergouvernementale pour l'utilisation de la micro-algue spiruline contre la malnutrition) a annoncé un programme ambitieux de développement durable entre 2015 et 2030. L'objectif est de mettre fin à la faim dans le monde d'ici 2030, en assurant la sécurité alimentaire, en améliorant l'alimentation et en faisant la promotion d'une agriculture durable.

En mars 2016 un premier pas significatif a été franchi avec la distribution au Ghana des premières barres chocolatées à la spiruline. C'est l'ambassadeur de l'IIMSAM pour ce projet, Mr Mohamed Elsayed F. Saad directeur du Warif Group International à Dubaï, qui a personnellement fait le déplacement.

Ces barres ont été conçues par le laboratoire scientifique de recherche et de développement Hash Biotech Labs en Inde et sponsorisées par le directeur du Groupe de Sociétés Al Dhahry en Arabie Saoudite, Cheikh Mohammed bin Saleh Al Dhahry.

Laboratoire Hash Biotech Labs, © XDR

 

Chaque barre, distribuée gratuitement, représente un repas complet pour une journée et pour un enfant.

Aromatisée au chocolat, elle est composée d'une base de céréales multiples, de noix et de 5 g de spiruline pour un total de 463 calories.

 

Le défi des 12 concepteurs laborantins a été de plusieurs ordres :

Il fallait une barre où le chocolat ressemble à du vrai chocolat. En effet, la spiruline a le pouvoir de teinter en vert foncé tous les aliments dans lesquels elle se dissout, et les enfants n'auraient certainement pas mangé une barre vert foncé.

Ensuite il fallait une barre qui sente bon et qui ne contienne pas de lait, car là aussi les enfants n'auraient pas tous apprécié l'odeur d'algue de la spiruline, et pour d'autres l'intolérance au lactose.

En troisième, la barre devait avoir un bon goût de chocolat comme n'importe quelle barre chocolatée de qualité, et avec 5 g de spiruline ce n'était pas gagné. Sans cela l'échec aurait encore été au rendez-vous.

Il fallait enfin que le produit ait une bonne stabilité aux températures élevées et que son apport calorifique corresponde à une repas unique pour une journée et pour un enfant.

Tous ces défis ont été relevé avec succès par le laboratoire Hash biotech labs et nous espérons que ces barres à la spiruline puissent contribuer a enrayer la malnutrition dans le monde d'ici 2030.

 

Cyril et Sylvie

 

Source : IIMSAM article.

Una palabra, Carlos Varela

 

Publié dans #Pages secondaires

Repost 0